ETZNAB, l’obsidienne, le miroir. Cette double signification vient du fait que les mayas utilisaient l’obsidienne aussi bien pour confectionner des armes que des miroirs. Dans les deux cas, le symbole est celui de la dualité. Prendre conscience de la dualité c’est utiliser le miroir formé par la surface vitrée de l’obsidienne. Choisir entre l’un des termes de la dualité c’est prendre conscience du conflit inhérent à la dualité et choisir sa voie armé du tranchant de l’obsidienne.  ETZNAB est associé à l’image du guerrier spirituel qui fait face à la vérité avec force et qui choisit le chemin moral et éthique au travers de ses actions.

Il représente la conscience de la dualité : juste et faux, bon et mauvais, foi et peur...

La crête de cette trecena est formée de 6-AKBAL (nuit), 7-KAN (graine) et
8-CHICCHAN (serpent). Durant la nuit nous voyageons en nous pour ouvrir notre coeur. La graine est la graine symbolique de la conscience qui émerge. Le serpent est la force vitale céleste qui active le lien entre les mondes physique et spirituel.


Durant cette trecena, utilisons l’énergie de l’obsidienne pour transcender la dualité de ce monde et s’ouvrir à une plus haute vibration d’intégralité et d’unité.

glyph design by mayanmajix.com 
texte inspiré des pages trecena de William and Viola Welsch

Le couteau symbolique formé par le tranchant de l’obsidienne est lui-même un symbole de dualité. En choisissant où trancher, il peut aussi bien guérir comme le scalpel d’un chirurgien ou détruire comme l’épée d’un soldat.