KAN, la graine, le lézard. Il représente le potentiel latent, la germination, l’émergence dynamique, la maturité sexuelle, la gratitude menant à l’abondance.

La trecena KAN est un bon moment pour planter, en soi et chez d’autres, des graines d’inspiration dans l’espoir qu’elles germeront...

Dans de nombreuses cultures anciennes, le lézard symbolise la croissance et la fertilité. Des peintures ou gravures rupestres de lézard dans ce contexte existent dans tout le sud-ouest des états-unis. Les indiens Chiche, quant à eux, associe KAN à une sorte de corne d’abondance en référence à un épisode du Popol Vuh.


La crête de cette trecena est formée de 6-MULUC (Eau, Offrande), 7-OC (Chien) et 8-CHUEN (Singe), ce qui symbolise une déversement émotionnel (MULUC) menant à une décision courageuse (OC) pour créer un nouveau modèle de vie (CHUEN). Avec KAN comme énergie sous-jacente,  le temps est mature pour la manifestation de l’abondance.


Durant cette trecena, utilisons l’énergie du Lézard pour s’ouvrir avec gratitude à l’univers et permettre à l’abondance de se manifester dans notre vie.


La trecena KAN, de même que la trecena CHICCHAN, contient 10 “jours portail” d’affilée sur les 13 que compte une trecena.  Ceux de CHICCHAN sont un prélude aux  “jours centraux” (jours 121 à 140 du Tzolk’in) des trecena ETZNAB et CHUEN et ceux de KAN initient le “futur” (jours 141 à 260 du Tzolk’in).


Ceci rend ces deux trecena très intenses et les rend uniques dans leur potentiel. De grands changements ainsi que des événements d’importance sont susceptibles d’intervenir durant ces “jours portail”. Cette suite de 10 “jours portail” peut semer le chaos. Cependant si on utilise cette énergie au lieu de la subir, cela peut créer de profonds changements de vie, être en somme un “jardinier spirituel” semant des graines là où l’on veut qu’elle germent...


glyph design by mayanmajix.com 
texte traduit et adapté à partir des pages trecena de William and Viola Welsch

Pour les mayas, ce glyphe de jour symbolise le maïs et la maturité. Le glyphe KAN était souvent trouvé près l’offrandes de maïs suggérant que cette céréale était non seulement la source de nourriture principale, mais aussi la “graine de la vie” D’ailleurs, Maya signifie littéralement le “peuple du maïs”.