Codex Mayas

LE CODEX DE DRESDE  (ou CODEX DRESDENSIS)

http://www.famsi.org/mayawriting/codices/dresden.html

(en anglais + liens de téléchargement)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Codex_de_Dresde
(en français)

LE CODEX DE MADRID (ou CODEX TRO-CORTESIANUS)

http://www.famsi.org/mayawriting/codices/madrid.html 
(en anglais + liens de téléchargement)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Codex_Trocortesianus
(en français)

Förstemann

Kingsborouth

LE CODEX DE PARIS (ou CODEX PERESIANUS)

http://www.famsi.org/mayawriting/codices/paris.html
(en anglais + liens de téléchargement)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Codex_Peresianus
(en français)

LE CODEX GROLIER

http://www.famsi.org/mayawriting/codices/grolier.html
(en anglais + liens de téléchargement)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Codex_maya
(en français)


Ce codex est très parcellaire. Une controverse existe quant à son authenticité.

Récits historiques

LA RELATION DES CHOSES DU YUCATAN  (Père Diego De Landa)


http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k84138j/f1

(en espagnol et français)

Le seul récit réalisé à l’époque de la conquête. Relación de las Cosas de Yucatán (La relation des choses du Yucatan) est un ouvrage dans lequel est décrit la langue, la religion, la culture et l'écriture mayas. Le manuscrit original, écrit en 1566 lors de son retour en Espagne a été perdu depuis. De nombreuses copies plus ou moins fidèles ont été produites par la suite. Une version complète réalisée vers 1660 fut redécouverte en 1862 par le clerc français Charles Étienne Brasseur de Bourbourg. Brasseur de Bourbourg publia le manuscrit deux ans plus tard dans une édition bilingue franco-espagnole intitulée Relation des choses de Yucatán de Diego de Landa.

(texte issu de wikipedia.org)

Récits maya post-conquête

LE LIVRE DE CHILAM BALAM DE CHUMAYEL


http://www.sacred-texts.com/nam/maya/cbc/index.htm

(en anglais)

Les livres de Chilam Balam sont des manuscrits maya rédigés au Yucatan au cours des deux siècles qui ont suivi la conquête espagnole. Ils sont écrits en yucatèque, mais en caractères latins. Leur nom vient des mots «chilan» (le n se change en m devant la lettre b) qui signifie «prophète, devin» et de «balam» qui signifie «jaguar». «Chilam Balam» désignerait un individu, prêtre, prophète, chamane, qui aurait annoncé la venue des Espagnols. Pour les distinguer, on les nomme d'après la ville où ils ont été rédigés : on parle donc de Livre du Chilam Balam de Chumayel, de Tizimin , de Maní, de Kaua ou encore d'Ixil. Il existe également un recueil du XIXe siècle appelé codex Pérez, qui reprend des textes disparus. Ces écrits traitent du calendrier maya, de chroniques historiques, de prophéties et de mythes traditionnels comme le mythe de la création. Ils contiennent aussi des conseils et des recettes médicinales. On y trouve un mélange de concepts précolombiens et d'emprunts à la culture européenne.

(texte issu de wikipedia.org)

LE POPOL VUH


Google Books version 1 - Google Books version 2  - Gallica
(en Français)

Le Popol-Vuh est un texte mythologique maya rédigé en quiché à l'époque coloniale. C'est le document le plus important dont nous disposons sur les mythes de la civilisation maya.

Il s'agit d'une sorte de « Bible » maya (il comporte en effet des éléments similaires à ceux de la Bible) dont le contenu, remontant à la période précolombienne, relate l'origine du monde et plus particulièrement du peuple quiché, l'une des nombreuses ethnies mayas, dont le centre de rayonnement se situait dans la partie occidentale du Guatemala actuel.

Le seul manuscrit existant, transcrit entre 1701 et 1703 par Francisco Ximénez, est conservé à la Newberry Library de Chicago (Ayer 1515 ms)[4]. Il a fait l'objet de plusieurs traductions, en particulier en espagnol, français, anglais et allemand.

(texte issu de wikipedia.org)

Le Codex de Dresde est à la fois le plus connu et le mieux conservé des 4 codex maya ayant survécu à l’inquisition. Il existe 2 versions téléchargeables différentes : La version “Kingsborouth” et la version “Förstemann”.

LES SOURCES UTILISEES

LA TRADITION MAYA : KENNETH JOHNSON - MARK VAN STONE - MAYAN NEW DAWN - SOURCES HISTORIQUES - ETHNOBOTANIQUE - SITES ET BLOGS

L’INTERPRETATION MODERNE : CARL CALLEMAN  & IAN LUNGOLD - SITES ET BLOGS