Les 9 Ondes d’évolution
de la Conscience

la théorie de Carl Calleman

Carl Calleman situe la source des inframondes ou ondes d’évolution du calendrier maya dans l’arbre de vie cosmique, le “coeur des cieux” selon la dénomination maya.  Ce sont ses pulsations ou changements de vibration qui, en diffusant de l’univers jusqu’à nous, influent sur notre conscience et donc sur notre perception de la réalité. Ce sont ces changements de vibration qui nous font passer d’un inframonde à l’autre. L’expulsion d’Adam et Eve du jardin d’Eden en est une illustration dans notre tradition occidentale.


Un symbole universellement répandu

Dans toutes les traditions humaines, il est fait mention d’un Arbre de Vie. C’est à la fois l’Arbre du Jardin d’Eden, l’Yggdrasil des populations nordiques, le Svetovid slave, l’arbre de vie des peuples mésoaméricains, l’arbre des Sephiroth de la Kabbale. On le trouve aussi par exemple dans la Grèce, la Chine et l’Egypte de l’Antiquité, dans la Bhagavad-Gita, chez les Tatars de l’Altaï, les Esséniens, les tribus amérindiennes ou encore sur les mandalas tibétains.

Loin d’être un symbole uniquement mythologique, l’Arbre de Vie est aussi présent dans la religion Bahaï, la plus récente des religions monothéistes (créée en 1863) ou encore dans le livre des mormons.

Ce symbole a traversé les âges. Il influence tous les pans de la créativité humaine : peinture, littérature, cinéma, jeux vidéo. On le retrouve même sur les pièces françaises de 1 et de 2 euros.

Egypte ancienne (temple de Karnak)

Partie 3 : l’Arbre de Vie

(image issue de la page “NASA Astronomy picture of the day - 9 septembre 2009” un jour 1-IMIX, comme par hasard...)

Yggdrasil (Scandinavie)

Codex Olmèque (Amérique centrale)

Arbre de vie  (Inde)

Arbre de vie  (tradition celte)

Svetovid (tradition slave)

Arbre des Sephiroth (Kabbale)

Arbre de Vie (Esséniens)

L’Arbre de Vie chez les mayas

Comme dans toutes les traditions humaines, l’Arbre de Vie est présent chez les Mayas sous le nom de Yaxche ou Yakch´e. On en trouve par exemple une représentation dans le Temple de la Croix à Palenque ou sur le sarcophage de Pakal.

Un axe et des directions

Revenons à l’Arbre de Vie dans la théorie de Carl Calleman. Le point commun entre toutes les représentations de l’Arbre de Vie est qu’il s’agit d’une organisation de la Création autour d’un axe et des directions.

Un arbre, plus que tous les autres, symbolique l’Arbre de Vie pour les Mayas. il s’agit du kapokier ou fromager ou bois coton (Ceiba pendrata). A cela plusieurs raisons.

Tout d’abord c’est l’un des plus grands arbres de la forêt vierge mésoaméricaine. Il peut atteindre de 30 à 70 mètres de haut et s’élever au-dessus des autres arbres, rivalisant en hauteur avec les temples mayas (à moins que ne ce soit l’inverse).

Une de ses  particularités est d’avoir des branches qui partent quasiment à la perpendiculaire du tronc, symbolisant en cela les 4 directions du monde.

Enfin, il abrite tout un écosystème, des mousses, des champignons, des insectes, des reptiles, des oiseaux. C’est, en somme, un véritable arbre de vie...

Avant la conquête espagnole, les places des villes mayas étaient ornées d’un kapokier - ou arbre Ceiba - : un symbole vivant de l’Arbre de Vie au sein de chaque cité.

Panneau du Temple de la Croix, Palenque

(dessin n°170 de Linda Schele)  http://research.famsi.org/schele.html

Pour les Mayas, l’Arbre de Vie représente l’axe du monde autour duquel s’organisent les 4 directions. C’est un lien qui relie les trois mondes : le monde souterrain, la Terre et les cieux.

La croix est le symbole de cet Arbre de vie. Certains temples mayas étaient d’ailleurs surmontés de grandes croix vertes, chose qui surprit grandement les espagnols à leur arrivée dans le Yucatan.

Ceci explique probablement le passage, l’adhésion ultérieure à une religion chrétienne des Amérindiens et leur adoration de la croix qui leur permet de pratiquer leur ancien culte sous couvert de Christianisme : autres pratiques, autre langue sacerdotale, autres prières mais un symbole identique.

Dans l’article Mayan Cosmology (2004) de Matthijs H.D. van der Wiel, il est écrit :

A l’aube du 13 août, la voix lactée est positionnée suivant l’axe du zénith du sud au nord. Ce pourrait être une bonne explication de la structure verticale (l’arbre) dans la vision maya du Cosmos.

Les quatre directions représentent les 4 coins de la Terre. La barre horizontale au milieu est la Terre, parfois représentée comme un crocodile géant, apparemment parce que la nature du sol sur lequel les Mayas faisait pousser leurs récoltes ressemble au dos d’un reptile. Les Cieux se trouvent dans les branches de l’arbre où les dieux résident.

La nature cyclique du mouvement du soleil était ainsi conceptualisée :  durant la nuit, le soleil passait à travers Xibalba, le Monde du Dessous.

L’Arbre de Vie maya reliant les trois mondes

Peinture de Klimt

Partie centrale d’une pièce de 2 Euros

Image et affiche du film “The Fountain”

Un arbre Ceiba au premier plan avec un temple maya au second

Un arbre Ceiba avec ses branches perpendiculaires

Au cours des dernières années, des observations de l’espace lointain ont détectées des “anomalies” qui tendent à prouver que l’univers est anisotropique, c’est à dire qu’il a tendance à se développer à partir d’un axe central et selon certaines directions et non de manière uniforme.

Image tirée de la présentation Is there a preferred direction in the universe (P. Jain, IIT Kanpur)

La structure entière de la création semble donc organisée autour d’un axe et des directions, qu’il s’agisse du macrocosme (univers, galaxie, système solaire, planète) ou de microcosme (cellule, molécule, atome, espace subatomique). D’un point de vue anthropomorphique, l’Homme se situe donc au milieu d’une création où tout est organisé de la même façon, selon le principe “Au-dessus, comme en bas” (as Above, so Below).

Les avancées scientifiques actuelles semblent donc rejoindre les conceptions mythologiques des premières civilisations.

Joshua Tree National Park (EVOSIA)

Le Cosmos en entier est représenté comme des parties interconnectées : Xibalba (le Monde du Dessous), Cab (la Terre), Caan (Les Cieux) et Yakch´ e, L’arbre Monde qui connecte les trois”.

L’image ci-dessous donne une idée de l’impression saisissante que peut produire la vision d’une voie lactée verticale. C’est sans doute l’image que les anciens mayas avaient en tête et qui est évoquée dans le texte ci-dessus.